Le 31 octobre 1941 coule le U-Boat USS Reuben James - Histoire

Le 31 octobre 1941 coule le U-Boat USS Reuben James - Histoire

En mars 1941, les États-Unis ont commencé à aider la Grande-Bretagne en fournissant des escortes aux convois voyageant des États-Unis vers la Grande-Bretagne. Les escortes couvriraient les navires jusqu'en Islande et à partir de là, il deviendrait la responsabilité de la marine britannique d'escorter les navires.

Le 23 octobre, le Reuben James et quatre autres destroyers ont quitté la base navale d'Argentia à Terre-Neuve escortant le convoi HV 156. Le matin du 31 octobre 1941, au large des côtes islandaises, le U-552 a tiré sur un navire marchand britannique. mais à la place, il a frappé le Reuben James à l'avant. Les munitions du navire ont explosé et la proue a coulé immédiatement et la section arrière s'est effondrée cinq minutes plus tard. Cent membres d'équipage ont été tués avec seulement 44 hommes enrôlés et aucun officier survivant.


4 septembre 1941 : Le premier navire américain à tirer sur un navire allemand pendant la Seconde Guerre mondiale (le Greer Incident)

Le 4 septembre 1941, le destroyer USS de l'US Navy Greer a été attaqué par le sous-marin allemand (U-boat) U-652, et a renvoyé le compliment en chargeant le sous-marin allemand. Bien que la bataille n'ait causé aucun dommage à l'un ou l'autre navire et qu'aucun marin n'ait été tué, le "Greer Incident » a pris d'énormes proportions politiques alors que les gouvernements allemand et américain se démenaient pour tirer un avantage politique de la confrontation en mer. L'incident aurait pu facilement entraîner des hostilités pures et une déclaration de guerre entre les États-Unis et l'Allemagne, mais comme chaque pays n'était pas tout à fait prêt à franchir le pas final, le résultat a été la déclaration « Shoot on sight » des États-Unis revendiquant le le droit de tirer sur tout sous-marin ou navire allemand « … dans toutes les eaux que l'Amérique juge vitales pour sa défense constitue une attaque. Dans les eaux que nous jugeons nécessaires à notre défense, les navires de guerre américains et les avions américains n'attendront plus que les sous-marins de l'Axe tapi sous l'eau, ou les raiders de l'Axe à la surface de la mer, portent leur coup mortel — en premier. Franklin Roosevelt, président des États-Unis.)

Creuser plus profond

Loin de s'occuper de ses affaires, le 4 septembre 1941, la Greer était en route pour l'Islande lorsqu'elle a été informée d'un sous-marin à environ 10 milles juste devant elle. Greer a commencé un schéma de recherche avec son équipement de détection sous-marine (sonar). Greer les hommes du son ont détecté le sous-marin et le destroyer a commencé à suivre l'engin prédateur, transmettant sa position par radio aux navires américains et britanniques. Un avion de patrouille anti-sous-marin britannique a largué 4 grenades sous-marines conformément aux instructions de vertr, c'est pourquoi le capitaine du sous-marin a dû penser que le Greer attaquait son bateau. Le sous-marin a tiré une torpille sur le destroyer, puis une autre avant Greer a commencé une campagne de bombardement en profondeur pour tenter de couler le sous-marin qui représentait désormais une menace mortelle pour le navire.

L'incident a engendré une fureur diplomatique, les Allemands lésés se plaignant que le destroyer américain avait attaqué un sous-marin allemand sans provocation. Bien sûr, les Américains ont répliqué que le sous-marin avait tiré des torpilles lors de 2 attaques distinctes sur le vertr. Bien que l'incident n'ait pas abouti à une déclaration de guerre entre les États-Unis et l'Allemagne, il a abouti à l'ordre « Tir à vue » mentionné précédemment. Peu de temps après l'incident de Greer, l'USS Ruben James Le DD-245, un autre destroyer, a été coulé par le U-552 le 31 octobre 1941, alors qu'il escortait un convoi vers la Grande-Bretagne. Ruben James s'était positionné pour bloquer toutes les torpilles visant un cargo transportant des munitions lorsqu'elle a été frappée par une torpille destinée au transporteur de munitions. Ruben James a coulé rapidement après l'explosion de son chargeur avant, ne laissant que 44 survivants sur les 144 personnes à bord. Aucun des 7 officiers à bord n'a survécu. Ruben James était le premier navire de l'US Navy coulé pendant la Seconde Guerre mondiale, environ 5 semaines avant l'entrée en guerre des États-Unis.

Les Greer était un les mèches Destroyer de classe, mis en service en 1918. Plus petit et plus légèrement armé que le Fletcher Classe de destroyer (175 construit de 1941 à 1945) rendu célèbre pendant la Seconde Guerre mondiale, Greer était l'ancienne variété "quatre gerbeurs", capable d'une vitesse de pointe très respectable de 35 nœuds, mais ne déplaçant que 1165 tonnes avec sa longueur de 314 pieds et sa largeur de 31 pieds. Il était armé de canons de 4 x 4 pouces, d'un seul canon de 3 pouces et de 12 tubes lance-torpilles, tout en étant capable de larguer des grenades sous-marines. Les Fletcher Les destroyers de classe étaient plus gros (deux fois le déplacement à 376 pieds de long et 39,5 pieds de largeur) et légèrement plus rapides (36,5 nœuds de vitesse de pointe) et beaucoup plus lourdement armés, avec une batterie principale de canons de 5 X 5 pouces, jusqu'à 10 40 mm automatique anti- canons d'avion, jusqu'à 12 canons anti-aériens automatiques de 20 mm, 10 tubes lance-torpilles et 6 projecteurs de grenades sous-marines pour accompagner les 2 racks de grenades sous-marines.

Questions pour étudiants (et abonnés): Êtes-vous d'accord avec la politique américaine d'escorte des convois se dirigeant vers la Grande-Bretagne avant que les États-Unis ne soient officiellement impliqués dans la Seconde Guerre mondiale ? Les États-Unis auraient-ils dû simplement déclarer la guerre à l'Allemagne (l'Axe) et rejoindre la Grande-Bretagne ? S'il vous plaît laissez-nous savoir dans la section commentaires sous cet article.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez recevoir une notification des nouveaux articles, n'hésitez pas à vous abonner à Histoire et titres en nous aimant sur Facebook et devenir l'un de nos mécènes !

Votre lectorat est très apprécié !

Preuve historique

Pour plus d'informations, veuillez consulter…

L'image en vedette dans cet article du destroyer de la marine américaine USS Greer (DD-145) est un travail d'un marin ou d'un employé de la marine américaine, pris ou fait dans le cadre de ses fonctions officielles. En tant qu'œuvre du gouvernement fédéral américain, l'image est dans le domaine public aux États-Unis.

À propos de l'auteur

Le major Dan est un vétéran à la retraite du Corps des Marines des États-Unis. Il a servi pendant la guerre froide et a voyagé dans de nombreux pays à travers le monde. Avant son service militaire, il est diplômé de l'Université d'État de Cleveland, après une spécialisation en sociologie. Après son service militaire, il a travaillé comme policier et a finalement obtenu le grade de capitaine avant de prendre sa retraite.


Le premier navire de guerre américain à être coulé à la suite des hostilités pendant la Seconde Guerre mondiale n'était pas à Pearl Harbor. Cette distinction appartient à USS Ruben James, l'un des trois destroyers américains nommément cités comme ayant pris des mesures provocatrices en violation des lois de neutralité de la déclaration de guerre allemande. En octobre 1941, 24 destroyers de l'US Navy étaient employés dans des convois entre Halifax et l'Islande. Ruben James était l'un d'entre eux. Lorsqu'un convoi de 43 navires a quitté Halifax le 22 octobre 1941, ils ont été accueillis par Ruben James et quatre autres destroyers américains.

Tôt le matin du 31 octobre, le convoi approchait de l'Islande lorsqu'il fut aperçu par deux sous-marins allemands. Presque simultanément Ruben James détecté l'un des sous-marins sur son équipement de détection sonore. Ruben James déplacé vers le relèvement sur lequel le son a été détecté lorsqu'il a soudainement explosé. Une torpille du sous-marin avait frappé le destroyer à bâbord et avait pénétré dans son magasin avant et l'explosion qui en résultait fit exploser le navire en deux. Ruben James transportait un équipage de 159 personnes et un surnuméraire, un passager enrôlé à destination de l'Islande.

Il y avait 44 survivants, et tous les officiers à bord ont été tués. Que le destroyer ait été délibérément tiré dessus ou s'il s'était heurté à la trajectoire d'une torpille qui avait été tirée sur l'un des navires du convoi a depuis été une question de conjecture. Le commandant du sous-marin allemand, Erich Topp, est devenu l'un des principaux sous-mariniers allemands de la guerre et n'a jamais dit s'il visait le destroyer. Aucun des Américains qui avaient été sur le pont du destroyer n'a survécu et on ne sait pas s'ils avaient vu la torpille avant qu'elle ne frappe.

Quelques jours plus tard, la marine américaine envoyait des télégrammes informant les plus proches parents de la perte de leur parent, ce qui deviendrait bien trop courant dans les jours à venir. Des proches ont été informés que leurs proches ont été perdus dans l'exercice de leurs fonctions lorsque leur navire a été coulé par une torpille. Néanmoins, il n'y a pas eu de grand tollé public pour la guerre avec les Allemands, et les isolationnistes ont continué à prétendre que FDR essayait d'entraîner l'Amérique dans une guerre européenne. L'ordre de convoyage et de tir à vue est resté en vigueur.

Ruben James était le seul navire du convoi qu'il escortait à être perdu. Ce fut rarement le cas après l'entrée en guerre des États-Unis, les pertes de la bataille de l'Atlantique ont augmenté de façon spectaculaire en 1942. Quand Adolf Hitler a déclaré la guerre, il a spécifiquement cité le Ruben James incident comme une autre des provocations américaines qui ont conduit à sa déclaration de guerre. Quelques semaines après le naufrage du destroyer américain, les Japonais lancèrent leur attaque dans le Pacifique et Ruben James, à l'exception des familles et des amis de l'équipage décédé, a été en grande partie oubliée alors que la fièvre de la guerre était dirigée vers le Japon.


Le 31 octobre 1941 coule le U-Boat USS Reuben James - Histoire

Avis de non-responsabilité : Ronald David Greenberg a créé ce site en hommage au destroyer États-Unis Ruben James (DD-245)) et ceux de l'équipage du navire perdu lorsque le navire a été torpillé et coulé par un U-boot (U-562) au sud de l'Islande, le 31 octobre 1941 . Ce site Web est également destiné à fournir des informations générales sur les USS Ruben James et la chanson Le naufrage du Reuben James . Le site n'est pas conçu comme un rendu définitif ou faisant autorité des sujets ci-dessus, bien que j'aie fait un effort diligent pour créer un site précis et exercer le soin que le sujet de cet hommage méritait.

Droits d'auteur: Vous pouvez télécharger pour stockage temporaire une ou plusieurs de ces pages Web dans le but de les visualiser sur un ordinateur personnel. Le contenu de ce site et des liens de ce site vers d'autres sites sont protégés par le droit d'auteur en vertu des conventions internationales. À l'exception de ladite autorisation de consulter ces pages, il vous est interdit de copier, reproduire, stocker de manière permanente ou transmettre, par quelque moyen que ce soit, y compris oralement, par écrit, sous forme d'images ou par tout autre moyen, le contenu de ce site, ou le contenu à partir de liens vers d'autres sites, ou les deux, sans le consentement écrit préalable de Ronald David Greenberg ou du contenu des présentes protégés par les droits d'auteur d'autres détenteurs de droits d'auteur. Ce site Web peut inclure, en plus des liens vers d'autres sites, une pièce jointe ou une copie d'extraits ou de copies intégrales s'il n'est pas protégé par le droit d'auteur du contenu d'autres sites ou de toute autre source, qu'elle soit ou non sur le Web, et en complément de la protection du droit d'auteur fournie ici, la protection du droit d'auteur fournie ici est destinée à s'étendre à chacun des autres sites susmentionnés, ou à leurs sources, contenus, extraits et copies intégrales, lorsque cela est souhaitable et faisable dans cas sélectifs, tels que déterminés à ma seule discrétion.

Erreurs et omissions: Je vous serais reconnaissant de me signaler toute erreur ou omission que vous constaterez. Voir "Contact" dans la barre de navigation.


Le règlement politique mettant fin à la Première Guerre mondiale a laissé un héritage amer qui a empoisonné les relations internationales et conduit en 20 ans à une guerre encore plus dévastatrice. Dans les années 30, les régimes totalitaires d'Europe centrale et du Japon menaçaient leurs voisins. En Extrême-Orient, le Japon a occupé la Mandchourie en 1931 et 1932, une première étape dans la recherche de la domination de la Chine au cours des douze années suivantes. En Europe, Adolf Hitler a assumé le pouvoir dictatorial en Allemagne en 1933 et a reconstruit les forces militaires de ce pays. Entre mars 1938 et septembre 1939, Hitler annexe l'Autriche, démembre la Tchécoslovaquie et, avec l'assentiment de l'Union soviétique, envahit la Pologne le 1er septembre 1939. Ayant garanti l'intégrité des frontières de la Pologne, la Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre. . Entre février et juin 1940, l'Allemagne envahit le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas, la Belgique et la France, ne laissant que la Grande-Bretagne pour s'opposer aux ambitions d'Hitler en Europe occidentale.

Alors que le monde se rapprochait d'un autre conflit majeur, les États-Unis ont maintenu une position isolationniste forte au sein de la communauté internationale. En 1939, cependant, le président Franklin D. Roosevelt s'est rendu compte que les États-Unis ne pouvaient pas rester neutres indéfiniment alors que les puissances de l'Axe - l'Allemagne, l'Italie et le Japon intensifiaient progressivement leur agression et leur violence. Alors que les États-Unis restaient réticents à faire la guerre, le président Roosevelt a donné à la Chine en Extrême-Orient et à la Grande-Bretagne en Europe tous les encouragements et le soutien possibles.

Tout en aidant la Chine et la Grande-Bretagne, les États-Unis ont commencé à construire leur industrie de guerre et à se réarmer, se préparant ainsi à l'entrée en guerre. Le président Roosevelt a cherché à faire des États-Unis un "arsenal de la démocratie." Les Alliés ont obtenu des armements et des fournitures de fabricants américains, d'abord sur une base "cash and carry", puis à crédit dans le cadre du programme Lend-Lease.

En 1941, l'offensive sous-marine allemande contre les navires alliés dans l'Atlantique menaçait d'affamer la Grande-Bretagne. Comme le Japon, elle dépendait du commerce maritime pour soutenir son économie et se défendre. La population britannique dépendait des importations pour un tiers de sa nourriture et du pétrole d'Amérique du Nord et du Venezuela pour maintenir sa vitalité, mais les sous-marins allemands en 1940 et 1941 coulaient des navires marchands et des pétroliers plus rapidement que les Britanniques ne pouvaient les remplacer. Par conséquent, les États-Unis ont progressivement joué un rôle plus important dans la campagne que le Premier ministre britannique Winston Churchill a nommé le Bataille de l'Atlantique.

En septembre 1941, la marine américaine commença à escorter des convois dans la partie ouest de l'Atlantique Nord. En moins d'un mois, un sous-marin allemand a attaqué un destroyer américain (USS Kearney, DD432 le 17 octobre 1941) escortant un convoi près de l'Islande, laissant plusieurs marins morts ou blessés. Le 31 octobre, un sous-marin allemand [U-552 sous Topp] a coulé un destroyer américain (USS Ruben James, DD245) à 600 miles (966 km) à l'ouest de l'Irlande, tuant 115 membres de l'équipage.


Le destroyer de pont Flush USS Reuben Jones

Malgré cette perte de vie, les événements en Extrême-Orient plutôt qu'en Europe ont poussé les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1941, les forces japonaises avaient occupé l'Indochine française et les sanctions économiques américaines avaient coupé une grande partie du pétrole japonais et d'autres ressources importées. En octobre, le gouvernement japonais a décidé la guerre, alors même qu'il négociait avec les États-Unis. Les chefs militaires japonais espéraient porter un coup qui paralyserait la flotte américaine à Hawaï assez longtemps pour établir un anneau défensif de l'Asie du Sud-Est à travers les Indes orientales et vers l'est dans le Pacifique jusqu'à l'île Wake. Ce plan stratégique aurait fourni au Japon un accès illimité aux riches ressources de l'Asie du Sud-Est. Au début de ce plan, une force opérationnelle de porte-avions japonais attaqua la base navale américaine de Pearl Harbor et les installations voisines à Hawaï le 7 décembre 1941.

LE ROLE DES FORCES AERIENNES DE L'ARMEE AMÉRICAINE DANS LA CAMPAGNE ANTI-SOUS-MARIN

Les États-Unis n'étaient pas préparés à la guerre. Bien que la bataille de l'Atlantique fasse rage depuis septembre 1939, les États-Unis manquaient de navires, d'avions, d'équipement, de personnel qualifié et d'un plan directeur pour contrer toute offensive sous-marine sérieuse. Cependant, les mesures prises juste avant et peu après l'attaque de Pearl Harbor ont aidé la marine américaine à renforcer ses défenses sous-marines. Les garde-côtes américains ont été transférés à la marine américaine en novembre 1941, et le mois suivant, le président Roosevelt a nommé l'amiral Ernest J. King Commandant en chef de la flotte des États-Unis. En mars 1942, l'amiral est également devenu chef des opérations navales (CNO), lui donnant l'autorité et les moyens de diriger l'effort américain dans la bataille de l'Atlantique, en particulier sur le théâtre américain.

Ce théâtre comprenait les continents nord et sud-américains, à l'exception de l'Alaska et du Groenland, et les eaux des continents jusqu'au milieu des océans Atlantique et Pacifique. Après Pearl Harbor, la marine américaine a organisé ses districts navals existants de la côte est en frontières maritimes, la frontière maritime de l'Est s'étendant de la frontière canadienne au nord de la Floride. La frontière maritime du golfe englobait le golfe du Mexique aussi loin au sud que la frontière entre le Mexique et le Guatemala, la majeure partie de la côte de la Floride, la moitié nord des Bahamas et la moitié est de Cuba. La frontière maritime de Panama couvrait les côtes du Pacifique et de l'Atlantique de l'Amérique centrale et de la Colombie, et la frontière maritime des Caraïbes comprenait le reste des Caraïbes et la côte nord-est de l'Amérique du Sud.

Pour fournir des mesures anti-sous-marines adéquates dans cette vaste zone, la marine américaine avait besoin de personnel qualifié et de navires de surface spécialisés. Dès 1937, il a commencé à former du personnel pour le service d'escorte de convois à bord de navires de surface, mais en 1941, il ne comptait que quelques officiers qualifiés pour ce devoir. Peu de temps avant que les États-Unis n'entrent en guerre, le Conseil général de l'US Navy a choisi le Hamilton Class Coast Guard Cutter comme navire anti-sous-marin idéal. Il s'est avéré être un navire d'escorte américain exceptionnel, mais jusqu'en octobre 1942, seuls cinq étaient en patrouille de convoi anti-sous-marin dans l'Atlantique Nord. La marine américaine avait également trop peu de destroyers pour ses besoins, même avec l'utilisation de navires de la Première Guerre mondiale, et pendant les premiers mois de la guerre, elle a dû compter sur des embarcations plus petites, y compris des yachts civils, pour les patrouilles anti-sous-marines.

L'arme aérienne de l'US Navy en 1941-1942 était aussi insuffisante que sa flotte anti-sous-marine de surface. Initialement, la marine américaine n'avait pas de porte-avions d'escorte, un type qui a finalement été très efficace contre les sous-marins allemands. Il manquait également d'avions capables d'effectuer des patrouilles à longue portée [rayon de 400 600 milles (644966 km)] ou à très longue portée [rayon jusqu'à 1 000 milles (1 609 km)] au-dessus de l'océan.

Les plans d'avant-guerre prévoyaient que l'US Army Air Forces (USAAF) soutienne les forces navales en cas d'urgence. Pour compléter ses maigres forces anti-sous-marines, l'US Navy se tourna vers l'USAAF, commandée par le général Henry ("Hap") H. Arnold. La doctrine de l'USAAF, cependant, mettait l'accent sur le bombardement stratégique, et l'USAAF n'avait pas d'équipement ou de personnel qualifié pour le travail spécialisé de patrouiller, de détecter et d'attaquer les sous-marins depuis les airs.

Les bombardiers à moyen et long rayon d'action de l'USAAF, y compris les bimoteurs Douglas B-18 Bolos et North American B-25 Mitchells et les quatre moteurs Boeing B-17 Flying Fortresses et Consolidated Vultee B-24 Liberators, étaient potentiellement capables de jouer un rôle anti-sous-marin. . Ceux-ci portaient des bombes plutôt que des grenades sous-marines et manquaient de radar ou d'autres équipements spéciaux de détection de sous-marins. De plus, comme la marine américaine, l'USAAF avait de nombreuses demandes pour les quelques avions disponibles. La pénurie d'avions équipés pour la guerre anti-sous-marine s'est poursuivie jusqu'au milieu de 1943, les chasseurs et les bombardiers légers étant souvent utilisés comme avions anti-sous-marins.


Un bombardier B-17

Initialement, la direction de l'USAAF considérait que le rôle de l'USAAF dans la guerre anti-sous-marine était temporaire, et l'axe principal de ses efforts restait le bombardement stratégique. Ainsi, l'USAAF a commencé à effectuer à contrecœur des missions anti-sous-marines dans une guerre navale sur deux fronts menée à la fois sur les côtes est et ouest des États-Unis.

OPÉRATIONS AU LARGE DE LA CTE OUEST DES ÉTATS-UNIS

Après l'attaque de Pearl Harbor, le plus grand danger d'attaque sous-marine était apparemment le long de la côte ouest des États-Unis, mais la flotte de sous-marins japonais n'a jamais présenté une grande menace. La politique stratégique japonaise limitait les sous-marins principalement aux attaques contre les forces navales ennemies, la marine marchande étant une cible purement secondaire. Même si la politique navale avait été différente, en décembre 1941, le Japon ne disposait que de 20 sous-marins capables de voyager du Japon vers la côte ouest.

En décembre, neuf d'entre eux ont patrouillé au large de la côte ouest, attaquant dix navires commerciaux et coulant un navire marchand et trois pétroliers. Puis, entre février et octobre 1942, quatre autres sous-marins japonais ont patrouillé au large de la côte ouest jusqu'à un mois à la fois. Ils ont coulé sept navires, dont un sous-marin (USS Grunion, SS-216, coulé au large de Kiska, îles Aléoutiennes le 30 juillet 1942), et à au moins trois reprises ont attaqué des installations à terre, infligeant peu de dégâts. Aucun sous-marin japonais n'a de nouveau opéré au large de la côte ouest jusqu'à la fin de 1944, quand l'un a coulé deux autres navires.

Le 28 novembre 1941, le QG USAAF commandé le 2e et 4e Air Forces, les deux organisations qui partageaient la responsabilité de la formation aérienne et de la défense de la côte ouest, pour soutenir la marine américaine dans ses patrouilles contre les sous-marins. Leurs commandants ont travaillé en étroite collaboration avec les autorités de la marine américaine pour instituer des patrouilles offshore qui évitaient la duplication des efforts et couvraient toujours des zones essentielles des eaux côtières.

Le manque d'expérience et les différentes méthodes administratives et opérationnelles ont initialement assombri la liaison entre l'USAAF et l'US Navy. L'établissement d'un centre d'information conjoint à la fin de décembre 1941 à San Francisco, en Californie, aida à résoudre les problèmes de liaison. Les différentes méthodes de patrouille ont créé une certaine tension entre les services. L'US Navy a utilisé un modèle de recherche en forme d'éventail, chaque avion partant d'un point central sur des routes divergentes, tandis que l'USAAF a utilisé un modèle de recherche de piste parallèle, chaque avion en patrouille volant parallèlement à vue de l'avion de chaque côté. . Les pilotes de l'USAAF ont rapidement adopté le modèle en éventail dans l'intérêt d'une coopération interservices et d'une couverture plus efficace des zones de patrouille. La marine américaine a effectué des patrouilles près du rivage, mais les missions anti-sous-marines de l'USAAF se sont étendues jusqu'à 966 km au large de Seattle, Washington, au nord jusqu'au sud de la côte de la Basse (Baja) Californie.

En décembre 1941, l'USAAF n'avait que 45 avions de combat modernes, 35 bombardiers moyens et dix bombardiers à longue portée stationnés sur la côte ouest. Pour répondre au besoin immédiat d'avions plus long-courriers, l'USAAF a créé le 8 décembre une agence de collecte temporaire d'équipages et de B-17 anciennement à destination des îles Philippines. Ce « Groupe de bombardement de la Sierra » a participé à des patrouilles au large jusqu'au début de janvier 1942, lorsque l'absence d'une menace immédiate est devenue évidente et que les mouvements d'avions programmés vers le sud-ouest du Pacifique ont pu reprendre.

Alors que le Sierra Bombardment Group a fourni une aide à court terme aux pénuries de personnel et d'avions, il n'a pas résolu les problèmes posés par le personnel non formé et inexpérimenté et le manque d'équipement de détection de sous-marins. Les avions disponibles n'étaient pas équipés de radar ou d'autres dispositifs, et la détection des sous-marins ennemis dépendait uniquement de la vue. Les équipages aériens anti-sous-marins confondaient parfois les baleines et les bûches flottantes avec les sous-marins japonais. Ils signalaient et attaquaient fréquemment les sous-marins ennemis, mais confirmaient rarement les résultats. Un équipage de B-25 du 17th Bombardment Group (Medium), 2d Air Force, a bombardé un sous-marin près de l'embouchure du fleuve Columbia le 24 décembre 1941. Ils ont prétendu qu'il avait coulé, mais en fait aucun sous-marin japonais n'a été coulé au large de la côte ouest. pendant la Seconde Guerre mondiale.

En février 1943, l'USAAF a cessé d'effectuer des patrouilles anti-sous-marines au large de la côte ouest. Les sous-marins japonais n'étaient pas apparus au large des côtes depuis octobre 1942, et la force des avions et des navires de surface de la marine américaine était devenue suffisamment forte pour faire face à toute nouvelle menace.

OPÉRATIONS AU LARGE DE LA CTE EST DES ÉTATS-UNIS

Contrairement à la côte ouest, les forces sous-marines allemandes représentaient une menace mortelle pour les navires américains, britanniques, canadiens et autres alliés au large de la côte est des États-Unis. En raison de la dépendance britannique à l'égard des importations, les dirigeants allemands ont cherché à détruire les navires alliés. L'amiral Karl Doenitz, commandant de la force sous-marine allemande, avait formulé une stratégie consistant à attaquer les navires alliés sur des points faiblement défendus pour obtenir la plus grande destruction au moindre coût. De plus, l'Allemagne avait la force sous-marine pour poursuivre la stratégie de l'amiral Doenitz. Il a commencé 1942 avec 91 sous-marins opérationnels au sommet de sa force un an plus tard, il en avait 212. Ces sous-marins, partant de bases en France, ont mis environ trois semaines pour atteindre les eaux américaines. Modifiés pour transporter 20 tonnes de carburant supplémentaires, ils pouvaient rester en patrouille deux à trois semaines, et passaient en moyenne 41 jours en mer. L'amiral Doenitz a réussi à prolonger ce temps en ravitaillant et en réapprovisionnant les sous-marins opérationnels à partir de sous-marins spécialement modifiés. Appelées « vaches à lait », elles transportaient suffisamment de carburant et de fournitures pour ravitailler d'autres bateaux et prolonger leur temps en mer à 62 jours en moyenne avec un ravitaillement et 81 jours avec un deuxième ravitaillement. Le premier sous-marin « vache à lait » déployé en mer en mars 1942.

L'entrée soudaine des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale a pris l'amiral Doenitz par surprise, aucun sous-marin n'étant immédiatement disponible pour envoyer dans les eaux américaines. Il a affecté cinq sous-marins longue distance, tout ce qu'il pouvait rapidement préparer, à l'opération DRUMBEAT, son nom de code pour les opérations contre la navigation dans les voies maritimes côtières américaines. Ceux-ci ont quitté Lorient, France, entre le 23 et le 27 décembre 1941. Le 11 janvier 1942, à quelque 300 miles (483 km) à l'est de Cape Cod, Massachusetts, le sous-marin de tête, l'U-123, commandé par le capitaine Reinhard Hardegen, a coulé un navire marchand, la première perte de combat dans le théâtre américain. Trois jours plus tard, le capitaine Hardegen a coulé un autre navire juste au large des côtes du Massachusetts.


Kptlt. Reinhard Hardegen
Le capitaine Hardegen et le reste des sous-mariniers allemands ont utilisé des tactiques que l'amiral Doenitz avait développées pendant l'entre-deux-guerres. Habituellement, le sous-marin se trouvait sur le plateau continental peu profond dans aussi peu que 30 mètres (98 pieds) d'eau pendant la journée, puis faisait surface pour attaquer la nuit. Le sous-marin a opéré en surface pour obtenir une position favorable, puis a touché la cible avec deux à quatre torpilles. Si le navire ne coulait pas immédiatement, les Allemands laissaient parfois à l'équipage du navire le temps d'abandonner le navire, puis achevaient le navire avec des obus du canon de pont. Alors que les commandants de sous-marins allemands se rendaient compte de la vulnérabilité de la marine marchande alliée et de l'incapacité des forces anti-sous-marines américaines à réagir ou à patrouiller, ils attaquaient parfois depuis la surface pendant la journée.

En utilisant ces tactiques, les Allemands entre la mi-janvier 1942 et la fin juin ont coulé 171 navires au large de la côte Est, dont beaucoup étaient des pétroliers. Pendant plusieurs mois, l'offensive sous-marine allemande menaça gravement la capacité d'emport de fret des Alliés. Ce n'est qu'au dernier trimestre de 1942 que les États-Unis ont construit des navires marchands assez rapidement pour compenser les pertes infligées par les sous-mariniers allemands. Au cours de la première moitié de 1942, les Alliés ont perdu trois millions de tonnes de navires, principalement dans les eaux américaines. Les attaques de sous-marins ont fait environ 5 000 morts et la perte de cargaisons irremplaçables a gravement mis en danger la capacité de la Grande-Bretagne à poursuivre la guerre.

Cette situation périlleuse résultait en partie du retard tragique des États-Unis à prendre des mesures de précaution telles que le contrôle du trafic maritime et l'organisation des défenses sous-marines. Les capitaines de sous-marins allemands arrivant dans les eaux américaines au cours de la première moitié de 1942 ont trouvé des navires marchands suivant des voies maritimes et des pratiques de navigation en temps de paix. Les navires, naviguant indépendamment plutôt qu'en convois, se découpaient la nuit sur la côte brillamment éclairée, ce qui rendait le travail de l'ennemi beaucoup plus facile. Jusqu'en mai 1942, les chefs militaires américains ont entrepris peu d'actions efficaces pour trouver et attaquer les sous-marins dont les positions étaient connues grâce aux signaux de détresse des navires torpillés ou pour rediriger les navires marchands loin des eaux où des attaques avaient eu lieu. Bien qu'aucune raison ne puisse être invoquée pour expliquer le retard pris dans la mise en place de mesures défensives, l'état général d'impréparation des Américains est peut-être la meilleure explication.

Au début de la guerre, l'USAAF et l'US Navy ont mis en commun leurs maigres ressources pour les patrouilles anti-sous-marines. En réponse à une demande de l'US Navy, l'USAAF, le 8 décembre 1941, ordonna au I Commandement de l'appui aérien et I Bomber Command du 1ère Armée de l'Air d'initier des patrouilles à la frontière maritime orientale. Les avions d'observation et de poursuite (de chasse) du I Air Support Command patrouillaient jusqu'à 40 miles (64 km) au large de Portland, Maine, au sud jusqu'à Wilmington, Caroline du Nord, mais avaient généralement moins de dix avions en patrouille par jour. Le I Bomber Command, 1st Air Force, s'est appuyé sur ses bombardiers moyens B-25 et B-18 pour voler jusqu'à 300 miles (483 km) au large et ses lourds B-17 pour couvrir jusqu'à 600 miles (966 km). En moyenne, cependant, jusqu'en mars 1942, ce commandement n'avait que trois avions volant chaque jour depuis Westover Field, Chicopee Falls, Massachusetts, et trois depuis Mitchel Field, Hempstead, Long Island, New York, pas assez pour patrouiller la frontière de la mer orientale. effectivement.

L'USAAF a obtenu l'assistance de la Civil Air Patrol (CAP) pour augmenter les efforts du I Bomber Command. Organisé une semaine avant le début de la guerre, le CAP était composé de pilotes civils prêts à faire voler leur propre avion au large des côtes pour rechercher des sous-marins et aider au sauvetage des survivants. Ne recevant que de l'essence d'aviation de l'USAAF, le CAP a commencé à patrouiller le 8 mars 1942, établissant finalement 21 stations de Bar Harbor, Maine, à Brownsville, Texas. Avec l'aide du CAP, le I Bomber Command a effectué près de 8 000 heures de vol en mars, soit à peu près autant qu'en janvier et février combinés. Les patrouilles supplémentaires ont forcé les sous-marins allemands à rester submergés, sauf pendant les nuits les plus sombres.

Au fur et à mesure que le nombre de patrouilles augmentait, l'USAAF a surmonté de nombreuses lacunes dans ses efforts anti-sous-marins. À l'origine, les avions n'étaient pas armés ou armés de bombes au lieu de grenades sous-marines. Ils ne pouvaient pas voler de nuit et aucun n'avait de radar avant mars 1942. Les équipages manquaient d'entraînement à la navigation, à la reconnaissance des navires et aux tactiques d'attaque anti-sous-marine. En décembre 1941, forcés de se fier uniquement à la vue, ils rapportèrent souvent à tort l'observation de sous-marins en surface et submergés. Le 29 décembre près de Newport, Rhode Island, un bombardier de l'USAAF a largué quatre bombes sur un destroyer de la marine américaine que l'équipage avait pris pour un sous-marin. Heureusement, les bombes ont explosé sans danger.

Les États-Unis ont demandé conseil à la Grande-Bretagne, qui menait une guerre anti-sous-marine contre l'Allemagne depuis 1939. Comme suggéré par les Britanniques, l'USAAF et l'US Navy ont établi un centre de contrôle et d'information conjoint à New York le 31 décembre 1941. Le centre a suivi les mouvements de la marine marchande, tracé les contacts avec l'ennemi et déterminé les emplacements de toutes les patrouilles anti-sous-marines de surface et aériennes.

Une capacité britannique que les Américains sont restés incapables d'exploiter jusqu'au milieu de 1943 était le renseignement qui a pratiquement localisé les emplacements des sous-marins ennemis. Pendant l'entre-deux-guerres, l'Allemagne a développé une machine, appelée Enigma, pour chiffrer les codes militaires utilisés pour transmettre des messages radio. Au début de la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques, en coopération avec les gouvernements français et polonais en exil, développèrent les moyens de briser les codes allemands chiffrés par l'Enigma, avec des renseignements dérivés des codes brisés connus sous le nom d'ULTRA. Les Britanniques ont acheminé des convois autour des emplacements des meutes de loups sous-marins ennemis, en utilisant des informations ULTRA ainsi que des renseignements dérivés de la reconnaissance aérienne, des empreintes radio (identification des radios ennemis individuels par leur méthode distinctive d'envoi de messages) et de la radiogoniométrie. Peu de temps après l'entrée en guerre des États-Unis, la Grande-Bretagne a accepté de fournir des renseignements ULTRA pertinents à l'armée américaine. Cependant, le 1er février 1942, l'Allemagne a remplacé ses machines Enigma d'origine sur le réseau Atlantic Uboat par une nouvelle machine plus complexe utilisant davantage de rotors de cryptage, ce qui a entraîné des codes que les Britanniques ne pouvaient pas déchiffrer. Ce n'est que le 13 décembre 1942, six semaines après la capture des livres de codes allemands liés au nouvel Enigma d'un sous-marin ennemi gravement endommagé, que les Britanniques ont pu à nouveau lire le code Uboat allemand. (Ils découvrirent bientôt que les Allemands avaient enfreint le code allié dirigeant le trafic des convois, une découverte qui aboutit à un nouveau code britannique en mars 1943.) En août, les Britanniques et les Américains lisaient les messages allemands presque aussitôt qu'ils étaient interceptés, mais for much of the time between January 1942 and October 1943, when the USAAF participated extensively in the anti submarine war, ULTRA intelligence was sporadic or nonexistent.

To add to the intelligence woes of the Americans in 1942, the U.S. Navy initially failed to send the information it did receive from the British to the using commands. Consequently, the intelligence was not being used in operations against the enemy. Even if it were disseminated, intelligence data often lost its usefulness because it was not quickly communicated from U.S. Navy to Army organizations or down the chain of command in either service.

In large part, the intelligence lapse stemmed from the chaos and confusion that Army and U.S. Navy commands suffered in the first few months of the war. This confusion also led to faulty tactics that usually resulted in unsuccessful attacks on enemy submarines. Attacked submarines often escaped because the aerial and surface attacks were sporadic rather than sustained. Through inexperience, poor training, and lack of adequate forces, both U.S. Navy surface forces and USAAF air crews often failed to follow up initial anti submarine attacks.

Once again the USAAF and the U.S. Navy turned to the British for applied lessons in tactics. British tactics exploited the weaknesses of the submarine, which had to surface, usually at night, to recharge its batteries, ventilate the boat, and permit crew members a chance to come topside. Constant aerial patrolling to as far as 600 miles (966 km) out to sea restricted opportunities for submarines to operate on the surface. Until the first USAAF aircraft received radar sets in March 1942, the submarines could surface and attack almost at will during dark nights or inclement weather, but the advent of night flights using radar to locate surfaced submarines added considerably to the value of the routine anti submarine air patrol. By June 1942, I Bomber Command aircraft had vastly increased sightings of and attacks on German submarines.

As the British had learned, when an air crew sighted an enemy submarine, it had to act quickly to achieve surprise. An attack later than 15 to 35 seconds after the submarine submerged usually proved unsuccessful. By flying in clouds and attacking at an angle from 15 to 45 degrees, the pilot increased the chances of a hit or near miss. The attack itself required the aircraft to fly as low as possible, preferably about 50 feet (15 m) above the water, and to drop the depth bomb within 20 feet (6.1 m) of the submarine's pressure hull. As the aircraft passed over the submarine, the air crew would fire the machine guns in an attempt to damage it and suppress antiaircraft fire.

Les first successful USAAF aircraft attack on a German submarine, U-701, on 7 July 1942, incorporated these tactics. The official history of I Bomber Command records the attack from an Lockheed A29 Hudson piloted by Lieutenant Harry J. Kane of the 396th Bombardment Squadron (Medium) based at NAS Alameda, California but operating from MCAS Cherry Point, North Carolina.

"Lieutenant Kane attacked by the book. He was flying a routine patrol from Cherry Point, North Carolina. He sighted a submarine seven miles (11 km) away. Since he was using cloud cover, he was able to approach it undetected, closing in on a course of zero degrees relative to the track of the submarine. He attacked from 50 feet (15 m) at 220 miles per hour (354 km/h), releasing three MK XVII depth charges in train about 20 seconds after the target submerged. The submarine was still visible underwater as the bombs fell. The first hit short of the stem the second, just aft of the conning tower the third, just forward of the conning tower. Fifteen seconds after the explosions, large quantities of air came to the surface, followed by 17 members of the crew."

Accumulated experience coupled with British coaching, improved radar, depth bombs, and other equipment resulted in noticeably higher levels of success for USAAF anti submarine patrols during July, August, and September 1942. In the previous quarter, only seven of 54 attacks resulted in damage to submarines, but in the third quarter, eight of 24 attacks damaged submarines, not counting the one sunk on 7 July.


Reuben James is lost while on Iceland convoy duty

WASHINGTON -- The navy department tonight announced the rescue of 44 enlisted crew members of the U.S.S. Reuben James, but gave no clue as to the fate of approximately 77 others aboard the aged destroyer when she was blasted to the bottom of the North Atlantic, by a U-boat Thursday night.

Except to report the rescues, the navy had no further details.

The navy's announcement gave no indication that it has abandoned hope for those not accounted for.

None of the Reuben James' seven officers was listed among the rescued.

The navy did not give the names of those rescued, nor did it reveal the number of men aboard the 1190-ton, 21-year-old craft when she was torpedoed while convoying precious war cargoes for Britain. It listed only the names of the seven officers. Ships of this class, however, normally carry about 114 enlisted men.

Inasmuch as the Reuben James was on convoy duty when attacked, it was presumed other craft were continuing a search for those not accounted for.

It also was presumed the navy has not yet received the names of those rescued, but the announcement promised that additional details will be released when received. Because ships at sea use radios as little as possible to prevent their whereabouts from becoming known, names of those rescued may not be known until the vessels which picked them up reach port.

The text of the announcement:

"The navy department has received a report that 44 members of the crew of the U.S.S. Reuben James have been rescued. The survivors who have been accounted for are all enlisted men.

"The navy department has no further information at this time, but additional details will be released when received."

This was the first word received on the fate of the crew since this morning's announcement that the Reuben James was sunk last night west of Iceland -- in the same general area where the United States destroyer Kearny was torpedoed Oct. 16 with the loss of 11 of her crew, and where the destroyer Greer fought a bloodless battle with a submarine Sept. 4.

News of the sinking -- first American warship sunk in the battle of the Atlantic -- brought angry demands in congress for quick revenge.

But President Roosevelt calmly told his press conference that he had nothing to add to the announcement and that the attack will not change the international situation from this nation's point of view. He said the destroyer simply was carrying out an assignment.

Asked if the incident might lead to a complete diplomatic break with Germany, he said he had not heard of such a possibility.

In command of the Reuben James was Lieut. Comm. Heywood L. Edwards, 35, a native of San Saba, Tex., and a former Olympic athlete.

The other officers whose names were made public tonight:

Lieut. Benjamin Ghetzler, 34, Annapolis, Md.

Lieut. (junior grade) Dewey G. Johnston, 31, El Cajon, Calif.

Lieut (J.G.) John J. Daub, 26, Saltsburg, Pa.

Lieut. (J.G.) James M. Belden, 30, Syracuse, N.Y.

Ensign Craig Spowers, 24, East Orange, N.J.

Ensign Howard V. Wade, 22, Glen Ridge, N.J.

How the rescues were effected may not be revealed for some time. It was pointed out, however, that the ill-fated destroyer's life-saving equipment included two 26-foot motor whale boats and at least six life rafts designed for 25 persons each.

Earlier in the day, Roosevelt was reading a news ticker account of the sinking announcement when reporters filed into his office for his semiweekly press conference.

The President would not discuss the prevailing belief that one or more German submarines have been sunk since he issued his "shoot first" orders to the navy last month. This government, he said, would follow its World war policy of keeping secret such information.

A correspondent suggested it would be impossible to prevent such news from reaching Germany but the President disagreed. He recalled that word of submarine sinking was kept from Germany for a considerable time during World war I and the anxiety caused by their unexplained disappearance proved a valuable weapon in breaking down German morale.

Roosevelt left for a weekend at Hyde Park, N.Y., soon after the press conference. The navy and state department were to keep him abreast of developments.

Congressional reaction was not so temperate.

Senator Nye (R., N.D.), non-interventionist leader, said the attack was inevitable. He said "You can't walk into a bar room brawl and hope to stay out of the fight." Senator Taft (R., Ohio), said it is "an inevitable result of a shooting war."

Chairman Connally, (D., Tex.) of the senate foreign relations committee, demanded that congress avenge "this dastardly act of aggression." Senator Pepper of Florida, frequent bellwether of foreign policy moves, pleaded for coolness, "knowing that the job ahead is to make sure of the earliest, speediest death of despotism."

Senate leaders believed the sinking would swing votes behind pending neutrality revision legislation. Assistant Minority Leader Austin, of Vermont, said defeat of the measure now would represent a "humiliating surrender to Hitler." Senator Gurney (R., S.D.), said the attack clinches arguments for complete repeal of the law.

The navy's announcement did not reveal the source of its information. Ça disait:

"The navy department announced that the U.S. destroyer Reuben James was sunk by a torpedo during the night of Oct. 30-31 while convoying in the North Atlantic west of Iceland.

"The commanding officer is Lieut. Cmdr. H.L. Edwards, U.S. navy.

"No further details are available at this time, but will be released when received."

The Reuben James was of the same type as the 50 over-age destroyers traded to Great Britain for Atlantic bases. It was 314 feet long, had a beam of 30 feet and was armed with four four-inch naval rifles and a battery of anti-aircraft guns.

It had been in trouble before. On Nov. 30, 1939, soon after the navy began its operations, the destroyer ran aground off the north coast of Cuba. It was pulled free without serious damage and with no casualties.

The craft had exceedingly thin armor. It was named in honor of Reuben James, a boatswain's mate, who participated in the war against the Barbary coast pirates and once saved the life of Capt. Stephen Decatur by interposing his body between that of his commander and the scimitar of a pirate.

Its skipper, a native of San Saba, Tex., was well-known throughout the fleet. He is 25 years old and graduated from the naval academy in 1926. He was captain of the U.S. Olympic wrestling team in the 1928 games. He took command of the destroyer on April 6, 1940, after having served aboard submarines assigned to the Pacific fleet.

Naval experts declined to estimate the probable number of casualties. They pointed out that the Kearny, which was able to limp 400 miles to port after having been nearly cut in two by a torpedo, was a more sturdy ship than the Reuben James and it suffered casualties of 11 dead and 10 pounded.


USS Ruben James (DD 245)

En mars 1941, USS Ruben James (DD 245) rejoint la force d'escorte de convois établie à Hvalfjordur, en Islande, pour escorter les convois britanniques des ports canadiens jusqu'en Islande, où les convois ont été repris par des escortes britanniques.

À 08h34 le 31 octobre 1941, l'U-552 a tiré une série de deux torpilles sur un destroyer et l'a touché avec les deux torpilles. Le navire a été touché USS Ruben James (DD 245) (LtCdr H.L. Edwards, USN) qui escortait le convoi HX-156 dans le US Escort Group 4.1.3 avec USS Benson (DD 421), USS Hilary P. Jones (DD 427), USS Niblack (DD 424) et USS Tarbell (DD 142). Les explosions ont brisé le navire en deux, la partie avant a coulé immédiatement de toutes les mains tandis que la poupe est restée à flot pendant cinq minutes. Lorsque la poupe a coulé, les grenades sous-marines non sécurisées ont explosé, tuant des survivants dans l'eau. USS Niblack (DD 424) ramassé 36 hommes (l'un d'eux est mort de blessures le 2 novembre) et USS Hilary P. Jones (DD 427) ramassé dix autres, mais tous les officiers ont été perdus.

USS Ruben James (DD 245) était le premier navire de guerre de l'US Navy perdu pendant la Seconde Guerre mondiale (deux mois avant Pearl Harbor).

Lieu de l'attaque sur USS Ruben James (DD 245).

navire coulé.

Si vous pouvez nous aider avec des informations supplémentaires sur ce navire, veuillez nous contacter.

Liens médias


Journaux d'attaque de sous-marins
Daniel Morgan et Bruce Taylor


October 31, 1941 U-Boat Sinks USS Reuben James - History

AMORTISSEURS DE GÈNES
PAGES DE LA MARINE AMÉRICAINE

Naufrage de l'USS Reuben James
DD-245

Merci à Paul Chastain, FCCS(SW) USN (ret) pour l'envoi de ceci.


Pour certains marins américains, la Seconde Guerre mondiale a commencé avant le 7 décembre 1941. Au cours de la dernière partie de 1941, les navires de l'US Navy ont escorté les convois à destination de la Grande-Bretagne transportant du matériel de guerre de notre "Arsenal de la démocratie". ) considérait que tous les navires dans le jeu des convois étaient équitables, ce n'était qu'une question de temps avant que nous ne nous impliquions dans une "guerre de tir".

La catastrophe a frappé aux petites heures du matin du 31 octobre 1941. Alors qu'il escortait le convoi HX-156, le destroyer américain U.S.S. Reuben James a été torpillé et coulé avec la perte de 115 des 160 membres d'équipage, y compris tous les officiers. Bien qu'il ne soit pas le premier navire de la marine américaine torpillé avant la guerre, le Reuben James a été le premier à être perdu. Après que la nouvelle du naufrage ait atteint l'Amérique, de nombreuses personnes concernées ont écrit des lettres à la Marine pour connaître le sort d'amis ou de proches.

Malheureusement, la majeure partie du pays a ignoré le naufrage. L'un d'eux était le chanteur folk Woody Guthrie, qui a écrit sa chanson désormais célèbre immédiatement après l'incident : Dites-moi, quels étaient leurs noms ? Dis-moi, comment s'appelaient-ils ? Aviez-vous un ami sur le bon Reuben James ? USS Reuben James DD-245, coulé par le sous-marin allemand U-552 le 31 octobre 1941 !

Le diaporama de l'USS Reuben James DD-245 et du U-552 allemand comprend des photos du DE-153 et de la frégate lance-missiles FFG-57. Il est accompagné de la chanson de Woody Guthrie écrite peu après le naufrage de l'USS Reuben James DD-245 le 31 octobre 1941, cinq semaines avant l'attaque de Pearl Harbor.

Maître de Manœuvre Ruben James

Frégate lance-missiles USS Reuben James FFG-57 de retour à Pearl Harbor après le déploiement. C'était la dernière frégate lance-missiles restante à Hawaï et a été désarmée le 18 juillet 2013 après près de trente ans de service naval distingué.

USS Reuben James (FFG 57), les officiers et l'équipage de l'USS Reuben James ont accueilli près de 100 amis, famille, anciens élèves et invités d'honneur lors d'une cérémonie à Joint Base Harbor-Hickam Pearl. Parmi les participants figuraient 30 anciens membres d'équipage et leurs familles, dont cinq "propriétaires de planches" (membres d'équipage affectés au navire lors de sa mise en service) et six anciens commandants du navire. "Cette cérémonie a été l'occasion pour nous de dire bon vent, au revoir et "un travail bien fait" - non seulement à l'équipage d'aujourd'hui, mais aussi aux milliers de marins qui ont servi à bord de Reuben James au fil des ans", a déclaré le capitaine Chris Bushnell, Commodore adjoint de l'Escadron de destroyers 31. "C'était mon plaisir de remercier "Fightin' 57" et son équipage pour leur excellent service et leur travail acharné et aussi de présenter Reuben James le Ney Award jeudi dernier." Le conférencier invité à la mise hors service était le capitaine de vaisseau à la retraite Faris T Farwell, ancien commandant du navire, 1997-1999. Le CAPT Brent Smith, chef d'état-major du commandant du Naval Surface Group Middle Pacific, a officié. Le navire est revenu d'un déploiement au début de mai 2013 après avoir participé à une série d'exercices maritimes bilatéraux pour la préparation et la formation à flot en coopération (CARAT) dans la zone de responsabilité de la septième flotte.


USS Reuben James: SUNK OVER A MONTH BEFORE PEARL HARBOR

“Have you heard of a ship called the good Reuben James, Manned by hard fighting men both of honor and fame?”

The USS Reuben James was a Clemson-class destroyer, built just after World War I in 1919. Clemson-class, also known as four stackers, were the most common destroyer ever built by the US Navy, with 156 built, until the Fletcher-class in World War II.

It was armed with 4, four-inch guns, and 12 torpedo tubes. It also carried depth charges for anti- submarine warfare. The USS Reuben James was commissioned on 24 September 1920.

The ship was named after Reuben James, a sailor who gained fame for stepping in front of Lieutenant Decatur during a battle in the Barbary Wars and taking a sword blow to the head that was intended for Decatur, who went on to gain great fame in the Navy. Interestingly, it appears in retrospect, that story might be in error and another man actually took the blow.

In 1921, she helped escort the remains of the Unknown Soldier of World War I from Europe back to the United States.

The Reuben James was commanded by Lieutenant Commander Heywood L. Edwards. A 1926 graduate of the United States Naval Academy, Heywood had wrestled in the 1928 Summer Olympics, placing 4th in the light heavyweight division.

Prior to the outbreak of World War II, she was assigned to the Neutrality Patrol, escorting convoys sailing to Great Britain. They escorted as far as Iceland, whereupon, security was taken over by British ships.

23 October 1941, she was one of five destroyers escorting convoy HX 156 from Newfoundland. As they approached Iceland and the handoff, they were required to spend an extra day in order to insure the task was completed.

On 31 October 1941, Hallows Eve, the USS Reuben James was torpedoed by U-552, commanded by Erich Topp.

The torpedo hit the port bow, detonating the forward magazine, blasting the destroyer in two. Every officer was killed.

The ship went down quickly. Of 144 on board, there were 44 survivors.

Due to the fact that the United States was not at war, the sinking caused a large outcry. However, it was not until 7 December, over 5 weeks later, that the United States entered World War II.

Woody Guthrie wrote a song, Le naufrage du Reuben James.

“Have you heard of a ship called the good Reuben James Manned by hard fighting men both of honor and fame? She flew the Stars and Stripes of the land of the free But tonight she’s in her grave at the bottom of the sea.” Woody Guthrie

But what if the Reuben James encounter with U-552 turns out to be something altogether different?

That is the premise of one of the missions in Hallows Eve (Time Patrol)


USS Greer, Kearny and Reuben James

Definition and Summary of the USS Greer, Kearny and Reuben James
Summary and Definition: Incidents involving the USS Greer, Kearny and Reuben James all occured in the Atlantic before the United States officially entered World War II. The "Greer incident" occurred south of Iceland in the North Atlantic on September 4, 1941. The USS Greer, an American destroyer had been radioing the position of a German U-Boat to the British and became the first US Navy war ship to be fired on by a German U-Boat but did not sink. The USS Kearny was torpedoed on October 17, 1941 by a German U-boat while on patrol off Greenland, but did not sink. L'U.S.S. Reuben James was the first United States warship to be sunk by a German U-boat on October 31, 1941 and resulted in the loss of 115 of 160 American crewmen. These incidents in the Atlantic moved the United States nearer to outright involvement in the European war.

USS Greer, Kearny and Reuben James
Franklin Roosevelt was the 32nd American President who served in office from March 4, 1933 to April 12, 1945. Important events during his presidency were the incidents surrounding the USS Greer, Kearny and the Reuben James.

USS Greer, Kearny and Reuben James Facts for kids
The following fact sheet contains interesting facts and information on USS Greer, Kearny and Reuben James for kids.

Facts about the USS Greer, Kearny and Reuben James for kids

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 1: Great Britain had declared war on Germany on September 3, 1939 and the British Battle of the Atlantic was in full swing.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 2: The Lend-Lease Act allowed the British access to American arms, munitions and supplies but the British had to send its own ships to pick up the goods.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 3: The convoys of British cargo ships were under constant attack by German U-Boat submarines and their precious cargoes were being lost.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 4: The United States was still technically neutral so President Roosevelt was unable to order the US Navy to protect the British merchant cargo ships.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 5: FDR therefore declared the western half of the Atlantic as neutral and ordered the US Navy to patrol what he called the 'Hemispheric Defense Zone' and help the allies by reporting the location of German U-Boat submarines to the British.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 6: The "Greer incident" occurred south of Iceland in the North Atlantic on September 4, 1941. The USS Greer (DD 145), an American destroyer was carrying American mail to Iceland and had been radioing the position of a German U-Boat to the British.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 7: The USS Greer became the first US Navy war ship to be fired on by a German U-Boat (U-652) but the two torpedoes missed their target.

Facts about the USS Greer, Kearny and Reuben James for kids

Facts about the USS Greer, Kearny and Reuben James for kids

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 8: The USS Greer had maintained the German U-boat in sound contact for 3 hours and 28 minutes. After evading the two torpedoes fired at her the Greer attacked with 19 depth charges and therefore also became the first American ship in World War II to attack the Germans.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 9: The Greer was flying the American flag and her identity as an American ship was unmistakable. FDR responded to the "Greer incident" by issuing what became known as his "shoot-on-sight" order toward German submarines.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 10: President Roosevelt unofficially declared war on anyone who further attacked American vessels, or foreign shipping under escort, in the North Atlantic stating "If German or Italian vessels of war enter these waters, they do so at their own peril."

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 11: FDR reported the events of the "Greer incident" to the American people during one of his 'Fireside Chats' on September 11, 1941 calling it an act of piracy. The president went on to state that the Nazi danger to the Western world had long ceased to be a mere possibility.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 12: The USS Kearny (DD 432) was torpedoed on October 17, 1941 by a German U-boat (U-568) while on patrol off Greenland. The USS Kearny but did not sink, but 11 men were killed and 22 men were injured in the explosion.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 13: Ten days after the attack on the USS Kearny, President Roosevelt made his "Navy Day Address" to the nation on October 27, 1941 stating that the "forward march of Hitler and of Hitlerism can be stopped - and it will be stopped. "

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 14: On October 31, 1941 the U.S.S. Reuben James was torpedoed and sunk whilst escorting convoy HX-156 of forty-three merchant ships from Halifax, Nova Scotia to England.

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 15: The explosions broke the ship in two and the sinking of the Reuben James American destroyer resulted in the loss of 115 of 160 American crewmen. Reuben James was the first United States warship sunk two months before Pearl Harbor

USS Greer, Kearny and Reuben James Fact 16: The incidents in the Atlantic moved America nearer to outright involvement in the European war. Japan bombed the United States fleet at Pearl Harbor on December 7, 1941 and the United States entered World War II.

Facts about the USS Greer, Kearny and Reuben James for kids

USS Greer, Kearny and Reuben James for kids - President Franklin Roosevelt Video
The article on the USS Greer, Kearny and Reuben James provides detailed facts and a summary of one of the important events during his presidential term in office. La vidéo suivante de Franklin Roosevelt vous donnera d'autres faits et dates importants sur les événements politiques vécus par le 32e président américain dont la présidence a duré du 4 mars 1933 au 12 avril 1945.

USS Greer, Kearny and Reuben James

USS Greer, Kearny and Reuben James - US History - Facts - Major Event - USS Greer, Kearny and Reuben James - Definition - American - US - USA - USS Greer, Kearny and Reuben James - America - Dates - United States - Kids - Children - Schools - Homework - Important - Facts - Issues - Reuben James - Key - Main - Major - Events - History - Interesting - USS Greer, Kearny and Reuben James - Info - Reuben James - Information - American History - Facts - Reuben James - Historical - Major Events - USS Greer, Kearny and Reuben James


Voir la vidéo: Confederates in Gettysburg: Rare footage:Rebel Yell:President Wilson The Civil War Diaries S3E2